Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dimarts, 27 de novembre de 2012

Els efectes positius de la reforma laboral comencen a notar-se

Compétitivité : l'Espagne défie la France


Aujourd'hui homme malade de l'Europe, demain nouveau conquistador? Les sacrifices endurés par l'Espagne depuis près de deux ans commencent à produire leurs effets. Le coût du travail se réduit au point que l'industrie espagnole défie désormais les entreprises françaises sur la scène internationale et en incitent d'autres à se délocaliser dans la péninsule ibérique. La décision de Renault (Le Monde du 15 novembre), dont Mariano Rajoy s'est félicité mercredi 21 novembre, d'augmenter la production dans ses usines de Palencia, Valladolid et Séville, est une nouvelle illustration de l'attraction retrouvée de l'Espagne.

En échange des sacrifices auxquels ont consenti les syndicats ibériques, la marque au losange devrait, en dix ans, créer 1 300 emplois dans le pays. En France, à l'issue des négociations en cours avec les partenaires sociaux, l'ex-Régie pourrait "s'engager à ne pas fermer d'usines".

Pour Patrick Artus, chef économiste chez Natixis et professeur à l'école Polytechnique, Renault n'est qu'un exemple parmi d'autres et il faut s'en inquiéter. "La menace est là, dit-il, l'Espagne va "manger" la France !"

Mois après mois, Madrid gagne des points à l'export, bien souvent au détriment de la France. Selon les chiffres publiés mercredi, le déficit commercial de l'Espagne s'est encore réduit en septembre de 36,4 % sur un an. La balance des comptes courants pourrait redevenir excédentaire en 2013, selon le ministère de l'économie. Et l'Espagne affiche déjà un excédent commercial avec la France, observent les experts de Natixis.

"IL Y A EU UN CHANGEMENT DE MENTALITÉ"

Sur le terrain, les professionnels constatent, de fait, que, depuis quelques mois, les entreprises espagnoles sont devenues plus "agressives ". "Il y a eu un changement de mentalité", confirme Fernando Fernandez, économiste à l'IE Business School à Madrid.

Confrontés à l'effondrement de la demande intérieure et à la quasi-disparition du secteur de la construction dans le pays, les industriels ont cherché des débouchés hors de leurs frontières. Et contrairement à la Grèce, le pays dispose d'un tissu d'entreprises capables d'exporter.

Les économistes signalent ainsi que l'amélioration de la balance commerciale espagnole n'est pas, contrairement à ce qui est observé à Athènes, un phénomène en trompe l'oeil, uniquement imputable à la chute des importations mais – "à 20 %", selon M. Artus – aussi le fruit d'une hausse des exportations.

A Bercy, on se veut flegmatique. "Que les pays comme l'Espagne ou l'Italie, après une purge, commencent à aller mieux. On ne peut que s'en réjouir", assure un proche du ministre de l'économie.

Sauf que ces entreprises conquérantes ont souvent face à elle l'offre "made in France". Nos productions sont dans la même "gamme", avec un avantage pour l'Espagne lié au regain de compétitivité de son économie.

"LE TROISIÈME MARCHÉ LE PLUS FLEXIBLE D'EUROPE"

En rythme annuel, la productivité des salariés espagnols s'est améliorée de 4 %, contre 1 % en France. Et, "entre 2008 et le deuxième trimestre de cette année, les coûts salariaux unitaires dans l'industrie ont reculé de 9,8 % en Espagne quand ils augmentaient de 5,3 % en France", notent les experts de Coe-Rexecode dans une note publiée lundi.

Les réformes menées par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, pour supprimer les rigidités du marché du travail, constituent un premier élément d'explication. Dans un rapport, "Espagne, la politique de l'espoir", David Finch, chez Exane BNP Paribas, rapporte que "selon Eurostat, le marché du travail en Espagne est devenu le troisième marché le plus flexible d'Europe".

Mais la baisse du coût du travail est d'abord le résultat de la crise. Le chômage de masse a obligé à la modération salariale et encouragé le travail au noir où les minima horaires et salariaux ne sont pas toujours respectés.

En France, les petits entrepreneurs commencent à s'en émouvoir. En particulier du côté de Bayonne où, dans le secteur de la construction et des transports, "les Espagnols raflent de plus en plus de marchés", observe André Garreta, président de la chambre de commerce et d'industrie de Bayonne-Pays basque.

Selon lui, la compétition n'est pas équitable : "Nous jouons un match de rugby où les deux équipes n'ont pas les mêmes règles. En France, une fiche de paie comporte vingt lignes de retenues harges pesant sur l'employeur]. En Espagne, c'est trois."

De quoi augmenter la pression pour accélérer les réformes en France ? "Nous n'avons pas de pétard dans le pantalon, répond un proche du ministre de l'économie. Les réformes sont faites par nous et pour nous. Pas en fonction des autres."

FAIBLESSES DE L'ÉCONOMIE

L'amélioration de la compétitivité espagnole ne doit pas faire oublier les faiblesses de l'économie. Même s'il abrite de grands groupes comme Inditex (Zara), le tissu industriel du pays est constitué en majorité de petites entreprises, moins performantes à l'exportation que les géants français du CAC 40, signale Laurence Boone chez Bank of America Merrill Lynch.

Le système éducatif reste mal noté et, malgré les promesses du gouvernement, le budget de la recherche et développement a diminué de 25 % en 2012 et devrait perdre encore 7 % en 2013.

Les experts redoutent aussi que les tensions politiques entre Madrid et les régions ne s'enveniment. Sans oublier que le pays, où 25 % de la population active est au chômage, est au bord de l'explosion sociale.

El preu de l'autoengany

El que li ha passat a CiU a les eleccions de diumenge és la conseqüència d'haver confós la realitat amb la fantasia. La manifestació de l'onze de setembre se li va pujar al cap a l'Artur Mas. Es va creure la falsedat que un milió i mig de catalans havien sortit al carrer a reclamar la independència i va voler capitalitzar-ho per passar a la història. Va embogir i ningú es va atrevir a dir-li la veritat. Uns, la majoria, perquè també s'ho creien o els interessava creure-s'ho i, altres, els menys, perquè no s'hi van veure en cor.

La manifestació de l'11 de setembre va ser una de les més grans que s'han fet mai a Catalunya des de la transició democràtica, però no va aplegar ni de lluny un milió i mig de persones. Una manifestació no és una opinió. Es un fet i, com a tal, mesurable. Si s'hagués volgut fer el càlcul s'hauria comprovat que el nombre de persones que físicament cabien en els carrers que va omplir la manifestació oscil·laria entre els 300.000 i el mig milió de persones, segons la densitat. Una xifra respectable però de la que no se'n podien treure les mateixes conseqüències polítiques que si el nombre de manifestants hagués estat el triple.

El problema és que gairebé tothom es va voler creure el miratge. Era tan maco! I el president, abandonant la seva responsabilitat, va decidir també evadir-se de la realitat i somniar. Artur Mas va optar per l'èpica, l'exaltació i el patetisme, abandonant la racionalitat, el seny i la mesura. Va actuar com un aprenent de bruixot, desfermant forces que no ha pogut controlar i que han acabat engreixant els seus rivals polítics, especialment ERC.

L'aventura d'Artur Mas ha erosionat el seu partit, ha fragilitzat la federació nacionalista i ha donat un cop, potser mortal, al catalanisme moderat. El deliri de Mas ha deixat un Parlament fragmentat i difícilment governable, complicant encara més la sortida de la crisi i el futur del país.

Si tingués un mínim d'intel·ligència, de vergonya i de decència, ja hauria dimitit.

CARICATUNYA

dimecres, 21 de novembre de 2012

La gran mentida de la guerra de Gaza

Aquests dies torna a ocupar les pantalles de televisió una història més vista que el tebeo. Una reiteració de la mateixa notícia de sempre i sobre la qual la premsa socialdemòcrata -que és pràcticament tota- no sembla voler aprendre'n res.

La història que repeteixen és aquesta: els boníssims palestins tiren uns quants petards que no fan mal a gairebé ningú mentre que els dolents israelians s'hi tornen desproporcionadament matant desenes de persones, especialment dones i nens, cosa que obliga a la comunitat internacional a intervenir per aconseguir una treva que aturi la màquina de matar jueva.

Potser ja seria hora que algun periodista s'atrevís a deixar de repetir incansablement aquesta mateixa història i ens expliqués que les milícies radicals palestines porten 12 anys bombardejant territori israelià; que en tot aquest temps hi han llançat més de 12.000 projectils, inicialment casolans però progressivament -gràcies a l'Iran, via Hezbollah- més sofisticats i amb més poder destructiu, allargant el seu abast fins arribar a Tel-Aviv i Jerusalem.


Potser ja seria hora que algun periodista s'atrevís a explicar que els milicians palestins utilitzen la població civil com a protecció, com a escuts humans, cosa que està estrictament prohibida per les Convencions de Ginebra però que ningú les esmenta quan els que les violen són els palestins.

Potser caldria que algun periodista ens expliqués també que dels 1.130 projectils disparats per Hamas en l'última setmana 121 han caigut en territori palestí; que el nen mort de 4 anys Mahmoud Sadallah -portat en braços pel líder de Hamas durant la visita del primer ministre egipci a Gaza perquè la imatge donés la volta al món- no va ser víctima d'un atac israelià sinó de les milícies palestines de Hamas, com ha revelat The Telegraph i reconegut The New York Times.


Potser caldria que algun periodista ens expliqués que els líders palestins i encara més els de Hamas no volen la pau sinó la destrucció d'Israel i que els seus governs són corruptes i dictatorials com denuncien les mateixes organitzacions palestines de drets humans.

Potser caldria que algun periodista ens expliqués que Hamàs no és una organització pacífica, humanitària i progressista que lluita contra l'ocupació israeliana sinó una de les pitjors organitzacions terroristes i criminals del món. Una organització assentada a la banda de Gaza -que Israel va desocupar el setembre del 2005- i que en lloc d'aprofitar la possessió del territori per construir estructures democràtiques d'estat l'únic que ha fet ha estat cavar trinxeres, bastir arsenals i acoblar plataformes de llançament de coets, camuflades en barris populars i edificis públics i privats, amb l'únic objectiu d'atacar Israel. Una organització mafiosa que governa autocràticament, vulnerant sistemàticament tots els drets i llibertats de la seva població.

Dimarts passat, els terroristes de Hamas van detenir 6 residents de Gaza als quals acusaven de ser "espies" d'Israel. L'acusació era probablement falsa, però mai se sabrà. Els militants islamistes van fer baixar els sis homes d'una camioneta al bell mig del centre de la ciutat de Gaza, els van obligar a estirar-se al carrer i després els van disparar a boca de canó (video). Per si això no fos poc, van trepitjar i escopir sobre els cadàvers i un grup de motoristes en va arrossegar un lligat pels peus per diversos carrers de la capital (video).


Potser caldria que algun periodista s'atrevís a denunciar la hipocresia de tants suposats solidaris que no triguen ni un minut a mobilitzar-se contra Israel o els EUA però que no han mogut un dit contra el dictador Al Assad i en suport de les víctimes civils -que es compten per centenars cada dia- del conflicte sirià.



Finalment, caldria que algun periodista s'atrevís a explicar que aquest conflicte no té solució mentre els palestins segueixin dominats per líders antidemocràtics que no acceptin realment l'existència de l'estat d'Israel i que la comunitat internacional, amb les Nacions Unides al capdavant, és la gran responsable de la gangrena d'aquest conflicte per no haver acceptat l'amputació definitiva en el seu moment.

dilluns, 12 de novembre de 2012

Tan lluny estem de la modernitat?


Les mentides de Vicenç Navarro

Crítica demolidora de l'article “La estafa de la deuda pública” de Vicenç Navarro, Catedràtic d'Economia Aplicada per la Universitat de Barcelona, Catedràtic de Ciències Polítiques i Socials a la Universitat Pompeu Fabra de Barcelona i professor de la Johns Hopkins University (Baltimore, USA) durant 35 anys, i un dels grans gurús de la progressia més desinformada i desinformadora d'aquest país.

Petraeus

Guy Sorman
La chute de David Petraeus, l' auteur de la nouvelle stratégie militaire américaine, le "vainqueur" de l' Irak et de l' Afghanistan (" je suis celui qui n'a pas perdu la guerre" , disait-il), contraint de démissionner moins pour avoir trompé sa femme que pour avoir adressé des milliers de mails à sa maîtresse sur un systéme en principe crypté. Amoureux sans doute , au point de perdre tout sens commun, le Général avait oublié que si naguére, on pouvait brûler une correspondance douteuse, aujourd'hui internet n'offre aucune protection et ne disparait jamais. Oserai-je écrire que je ne suis pas étonné? Je connais bien Petreaus et les lecteurs de ce blog se souviendront peut-être qu'il a ici souvent été mentionné. Il avait deux manies qui l'ont perdu: il ne cessait d'envoyer des mails à toute heure et en toutes circonstances, fut-il au coeur d'une bataille. Sa réactivité était suprenante, un peu troublante: le Général était en somme addicté aux mails. L'autre travers qui atteint tout homme de pouvoir , est de se croire au-dessus des lois et des normes( cf DSK): Petreaus , trop épris de sa propre image , trop impliqué dans ses propres relations publiques , adulés par ses troupes, les médias , Bush puis Obama , est tombé dans les bras d'une journaliste qui écrivait sa biographie. Une fable contemporaine , avec morale.

dimecres, 7 de novembre de 2012

Obama bis, el retorn del capitalisme americà


L'économie seule, expliquait Bill Clinton ( The economy, stupid !), vainqueur de George Bush père, en 1992, détermine les électeurs américains. Bush, contre toute attente, avait chuté en raison d'une récession. Obama, à son tour, aura bénéficié de la reprise incontestable de la croissance et de l'emploi aux Etats-Unis. Malgré les dénégations de Mitt Romney et des Républicains, il était évident -et les Américains le ressentent comme tel ( le retour de la confiance est manifeste dans les sondages depuis trois mois )- que la prospérité est de nouveau au coin de la rue, que la machine à créer des emplois a redémarré. La campagne de Mitt Romney s’en trouvait quelque peu décalée.

Dans quelle mesure cette reprise résulte-t-elle des dépenses publiques engagées par le gouvernement Obama et des prêts à taux quasi nul octroyés par la Banque fédérale ? Les fervents de l'Etat s'en attribueront le succès; les partisans du libre marché protesteront que la croissance aurait été plus forte si l'Etat ne s'en était pas mêlé. Ces deux écoles ne sont pas réconciliables puisqu'en économie, on peut rarement répéter les expériences. Admettons tout de même qu'Obama aura eu de la chance, cet ingrédient essentiel aux carrières politiques, puisque le calendrier de l'élection a coïncidé avec des indices à la hausse.

Par-delà une querelle indépassable entre deux doctrines économiques, se situant toutes deux à l'intérieur du capitalisme et pas en opposition à l'économie de marché, les camps devraient s'accorder sur le temps long et les causes lointaines de toute croissance retrouvée. Ainsi, aux Etats-Unis, en dehors des élections, se sont produits en 2012, deux événements au moins aussi signifiants que les scrutins. Le nombre des brevets enregistrés au Bureau national des brevets à Washington s'est élevé à près de 100 000 et les sommes accumulées par les sociétés de capital risque ont atteint en moyenne 72$ par habitant, contre 7$ en Europe. Si l'on envisage que les brevets d'aujourd'hui seront les produits et services de demain et que les entrepreneurs en herbe n'auront pas trop de difficulté à financer leur aventure, on en conclura sans trop de marge d'erreur que l'économie américaine dépassera l'an prochain son taux de croissance actuelle de 2%, ce qui est déjà pas si mal, et que le taux de chômage descendra notamment en-dessous de 8%, le chiffre actuel, déjà inférieur à la plupart des pays européens.

En 2013, la dépression financière qui avait commencé en 2008 devrait être définitivement résorbée et les Etats-Unis retrouveront leur rôle, solidement acquis depuis un siècle, de moteur de l'économie mondiale. On ne voit d'ailleurs pas qui pourrait leur ravir la place, aussi longtemps que l'Europe ne sera pas dirigée de manière cohérente en dynamique (ce qui va exiger un peu de temps si j'en juge par le médiocre rapport Gallois) et que les pays dits émergents resteront des sous-traitants des Etats-Unis?

Ces heureux résultats envisageables, le nouveau Président élu en revendiquera évidemment le mérite. Ou bien, risque-t-il de briser cette dynamique par une mauvaise gestion des dépenses publiques et la dette budgétaire, de trop de réglementation environnementale et sociale ? Obama va-t-il se radicaliser à gauche au risque de décourager les entrepreneurs ou deviendra-t-il plus réaliste ? En vrai, il n'aura d'autre choix que celui de la négociation puisque la Chambre des Représentants reste Républicaine. Le compromis est donc inévitable et plus accessible, de part et d'autre, puisque l'élection est passée. Probablement, les dépenses publiques seront-elles modérées, plus de solidarité sociale sera acceptée par tous les partis et le déficit budgétaire ira-t-il diminuant mais, mécaniquement, en raison même de la croissance. Quant aux entrepreneurs qui avaient espéré Romney -en finançant tout de même les deux candidats, par précaution- ils s'accommoderont désormais d'Obama, l'important en économie étant moins celui qui gouverne que la stabilité relative du paysage fiscal, social et réglementaire: cette stabilité semble mieux acquise. Et ce qui est bon pour l'économie aux Etats-Unis , jusqu'à plus ample informé, profite au reste du monde.