Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dilluns, 27 de juny de 2005

El NO francès és aquest

Aquest reportatge de France Press mostra clarament les motivacions i les idees que hi han al darrera de la major part d ela gent que va votar NO a la Constitució europea a França.
A Martigues, petite ville du sud de la France, les militants de gauche qui ont mené campagne contre la Constitution européenne veulent, un mois après la victoire du non, continuer sur leur lancée et fourbissent leurs armes contre "l'Europe ultralibérale" et Tony Blair.
Au moment o¨ le Premier ministre britannique prend la présidence tournante européenne pour six mois, ces militants tentent de mobiliser pour une "autre Europe", et pour une alternance politique en France, en 2007.
"Blair, je lui fais pas confiance, c'est pas la gauche, il vient pas du peuple. Son idée derrière la tête c'est d'imposer le libéralisme à l'américaine", explique Eric Durand, un fonctionnaire de 35 ans, qui se décrit comme "communiste post-moderne".
Dans la région de Marseille, la grande métropole du sud de la France frappée de plein fouet par la désindustrialisation, le non l'a emporté largement, avec plus de 60% des suffrages lors du référendum du 29 mai sur la Constitution européenne.
A Martigues, une municipalité communiste de 45.000 habitants, le non a atteint 71%.
"Blair veut produire un +discours moderne+. Mais sa logique n'est pas européenne, elle est capitaliste et financière", explique Fabrice Aubert, un économiste de 47 ans militant de l'organisation altermondialiste Attac.
Autour de lui sont réunis ce jour là une poignée de militants de Martigues, communistes, écologistes, issus du milieu associatif, qui veulent poursuivre sur la lancée de la victoire "historique" du 29 mai.
Leur objectif est de "construire une alternative antilibérale en France et en Europe". On y évoque pêle-mêle Blair "l'ultra-libéral", la spéculation immobilière des fonds de pension américains, et surtout la fête locale à organiser à la rentrée o¨ l'on discutera encore d'Europe.
A l'image de celui de Martigues, plusieurs centaines de collectifs de ce type ont vu le jour en France. Leurs animateurs promettent une "mobilisation" exceptionnelle pour les prochains sommets européens
"Pour le moment, les opposants du non ne présentent pas un programme commun", reconnaît le maire communiste de Martigues, Paul Lombard. "Il faut pousser l'avantage, et arriver à des Etats généraux de ce que les gens veulent".
A quelques kilomètres de là, à Port-de-Bouc (18.000 habitants), une des villes les plus pauvres de la région, le non a atteint 85%.
La fermeture des chantiers navals en 1966 a porté un coup terrible à cette ville ouvrière, bastion du parti communiste. Quelques affiches appelant à voter non achèvent de se délaver au pied d'immeubles défraichis, entre une voie ferrée et une autoroute.
Les rues et les bÔtiments portent les noms de poètes ou de héros du Panthéon communiste. C'est dans la salle Youri Gagarine qu'a été lancée, lundi, une "assemblée communale" pour continuer la mobilisation du 29 mai.
"Je suis européenne, mais pour une autre Europe, pas une Europe à la Blair", explique la jeune maire communiste -elle à 33 ans-, Patricia Fernandez.
"Ici nous voyons une accélération de cette Europe marchande qui oublie les plus faibles. Il faut résolument réorienter l'Europe en écoutant ce que dit le peuple".
"L'Europe, à ma petite échelle, je vois pas ce que ça a appporté de bon ici", explique Paul, un retraité de 68 ans en train de pêcher.
"Les fils du pays, qu'est-ce qu'ils ont? Le chômage, des boulots de merde, de l'intérim, des emplois de caissières de supermarché à mi-temps, dit-il. Et maintenant, ca va être pire, avec Blair et ces gars des pays de l'est qui bossent pour que dalle. Moi je dis qu'il faut changer tout ce système pendant qu'il est encore temps".