Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dimarts, 22 de maig de 2007

La nova crisi libanesa vista des de Beirut

Editorial de "L'Orient. Le Jour":
Bien mal nommée, et même deux fois plutôt qu’une, est à son tour cette organisation. Car non contente de dévoyer la religion à des fins criminelles et terroristes, elle n’a absolument rien à voir avec le Fateh, ce père fondateur de la résistance armée à l’occupation. Mieux encore, elle n’a rien de palestinien puisque le gros de ses effectifs est formé de Libanais, Syriens et autres. Fateh el-Islam est même une disgrâce pour les Palestiniens, s’accordent à assurer les divers représentants de cet infortuné peuple qui a déjà fort à faire avec ses guerres intestines et les incessants matraquages israéliens. C’est bien la toute première fois en tout cas que la Palestine officielle se dit prête à aider concrètement, activement les autorités locales à venir à bout de Fateh el-Islam, pour peu seulement que soit sauvegardée la population civile de Nahr el-Bared.

C’est bien sûr notre devoir impérieux de Libanais, ayant eu à endurer des barbaries de toutes sortes et de toute provenance, que de veiller à la préservation des vies innocentes. Mais il est de notre devoir aussi de soutenir à bloc une institution militaire cruellement éprouvée ces derniers jours et qui représente le tout dernier vestige unanimement reconnu d’un État éclaté. De l’aider à éradiquer un cancer qui menace l’essence même du Liban pluraliste, voué au dialogue des communautés. Et de manifester cet appui en transcendant tous les clivages, en se gardant de toute surenchère idéologique ou politicienne, à l’heure où le terrorisme de la rue – Verdun hier soir, au lendemain d’Achrafieh – se porte à la rescousse de la subversion armée.

On peut bien sûr s’étonner qu’un groupuscule tenu pour aussi marginal et novice que Fateh el-Islam ait pu tranquillement amasser, au fil des mois, une aussi formidable puissance de feu. Il est du droit de tout citoyen de regretter, de même, qu’une descente de police à Tripoli, visant ces fondamentalistes passés casseurs de banque à leurs heures perdues, ait pu susciter une riposte d’une telle ampleur qu’elle a tragiquement pris de court les unités militaires postées dans la région.

Ce qu’il est inadmissible de faire en revanche, c’est d’imputer au gouvernement l’entière, l’exclusive responsabilité d’une impuissance, laquelle en réalité devrait faire honte à tous, si seulement était cultivé le respect de la vie humaine : celle des simples citoyens fauchés dans la rue tout autant que des personnages publics. Car on ne peut pas reprocher au gouvernement de ne pas gouverner quand on s’acharne à l’empêcher de gouverner. L’opposition alliée à Damas ne peut pas se lamenter sur la survivance des îlots de non-droit et d’insécurité quand elle prétend réduire à la condition d’îlot la zone d’autorité étatique.