Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dilluns, 28 d’abril de 2008

Contra preus, llibertat!

Guy Sorman:
C'est une histoire trés connue. Au dix-huitiéme siècle , alors que la population française croît et que son "pouvoir d'achat " ( anachronisme ) progresse , elle exige un pain plus blanc. Le froment vient à manquer . Le peuple accuse les affameurs : un "complot de famine" priverait les Français de pain. On accuse les princes de spéculer ; aujourd'hui , ce sont les grandes surfaces. Puis Turgot vint . Il observe que l'interdiction du commerce des grains et les taxes , empêchent les provinces excédentaires de secourir celles qui sont affamées . Premier adepte français du libre échange , Turgot libére le commerce des grains en 1774 .

Patatras ! L'hiver qui suit fut rude et les récoltes , médiocres. La disette qui en résultera , les Français l'attribueront ... au libre échange. Sommes-nous remis de cette histoire longue ? Pas certain.

Le monde agricole en 2008 , ressemble à la France de 1774. Confrontés à une demande en hausse ( les Chinois veulent manger de la viande et on convertit le maïs en carburant ) , les gouvernements jugent plus facile à court terme de bloquer les prix et les exportations. La palme revient à la présidente Argentine , Madame Kirchner , qui par haine de l'économie de marché et des entrepreneurs , va réussir à détruire son économie agricole.