Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dijous, 22 de gener de 2009

L'acudit del jueu, els periodistes i el milicà de Hamàs

Extrême-Centre:

PPDA de TF1, Charles Enderlin de France 2 et un soldat de Tsahal sont capturés par un commando du Hamas. Le chef du commando déclare à ses prisonniers que se conformant aux préceptes 
de l’islam, Religion d’Amour de Tolérance et de Paix, il leur est accordé une dernière volonté avant d’être égorgés. 


PPDA déclare : « Je suis d’origine bretonne et je voudrais déguster, pour la dernière fois un far breton. » 
Le chef du commando adresse un signe de la tête à l’un de ses subordonnés qui revient quelques instants plus tard avec un boîte pleine de far breton. PPDA déguste lentement le tout et déclare « Maintenant je peux mourir heureux ». 



Enderlin déclare : « Je suis un grand reporter et voudrais pour la dernière fois décrire la mort du petit Al-Dura et prouver au monde entier que je n’ai fait que mon devoir de journaliste ». Un petit hochement de tête du chef. Enderlin enregistre son reportage historique et déclare : « Maintenant je peux mourir heureux » 



Le chef se retourne vers le troufion de Tsahal. « Et toi ordure sioniste, quelles sont tes dernières volontés ? » « Donne-moi un coup de pied au cul » répond le biffin.

« Quoi ? demande le chef, tu te fous de nous au moment où tu vas mourir ? » « Non, je ne plaisante pas. Je veux que tu me donnes un coup de pied au cul ! » 


Le chef passe derrière l’Israélien et lui donne un violent coup de pied. 
Le soldat tombe, exécute un roulé-boulé de professionnel, prend appui sur un genou, sort un magnum P 38 d’une de ses poches, abat le chef du commando, profite de la confusion pour arracher le kalachnikov d’un des terroristes et descend tous les membres du commando. 



Il détache PPDA et Enderlin qui s’écrient en même temps « Pourquoi ne les avez-vous pas tués tout de suite ? pourquoi lui avez-vous demandé de frapper d’abord ?
»
« Pourquoi ? pour ne pas vous entendre m’accuser d’agression ! » (merci DG)