Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dijous, 1 d’octubre de 2009

Polanski i la Democràcia a Amèrica

Guy Sorman:
Le soutien spontané, si l’on s’en tient aux medias, dont a bénéficié Roman Polanski en France, révèle combien notre conception de la justice et du droit se distingue de la version américaine. Persuadés que la justice est relative et le droit variable selon que l’on est puissant ou misérable, on n’envisage pas en France que, le droit comme la Constitution aux Etats-Unis soient intangibles. Sur les mœurs, nous sommes tout autant relativistes : le procès intenté à Polanski semble aussi excessif que l’affaire Monica Lewinsky qui faillit emporter Bill Clinton. Depuis Louis XV, nos élites estiment que le pouvoir confère quelque droit à l’immoralité.

Par-delà le sort de Roman Polanski, on voit que s’opposent deux conceptions de la société : l’égalitarisme démocratique américain – dont Tocqueville pressentait le caractère oppressant – et le relativisme français où la loi et les mœurs se plient aux circonstances. Il est aussi remarquable que le gouvernement français en appelle à ses correspondants américains et suisses, persuadé que la Justice, là-bas comme ici, obéit au pouvoir. Bien entendu, des intellectuels publics pétitionnent, persuadés que leur plume retournera l’opinion américaine en faveur de Polanski. Mais les médias, aux Etats-Unis, estiment que le dernier mot doit revenir aux juges ; c’est aussi en France, la position courageuse et remarquablement solitaire de Daniel Cohn-Bendit.