Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

divendres, 20 de gener de 2012

El pit que espanta els aiatolàs



L'actriu iraniana Golshifteh Farahani, exiliada a París des del 2009, l'han desterrada del seu país per haver aparegut nua en un vídeo.

Europe1:
"Couvrez ce sein que je ne saurais voir". Loin, très loin du Tartuffe de Molière, ce message est en substance celui que les autorités religieuses iraniennes ont adressé à la comédienne Golshifteh Farahani. Exilée à Paris depuis 2009, elle est désormais bannie de son pays natal pour avoir osé montrer un sein dans un clip vidéo pour l'Académie des Césars, selon le journal britannique The Telegraph

"J'ai été avertie par un responsable du ministère de la Culture et de la guidance islamique que l'Iran n'avait plus besoin d'acteurs et d'artistes", a indiqué au Telegraph Golshifteh Farahani. "Vous pouvez offrir vos services artistiques ailleurs", a-t-il ajouté selon la comédienne.

Tout est parti d'un simple cliché en noir et blanc publié dans le magazine Figaro Madame. Golshifteh Farahani pose nue, les mains posées sur la poitrine. Mais, la photo dont la valeur n'était que purement artistique au départ, est devenue, à son corps défendant, un acte politique. Reprise sur le réseau social Facebook, elle est devenue un symbole de révolte contre le rigorisme iranien.

La "publication sur Internet de photos de la déplorable Golshifteh Farahani montre la face cachée et dégoûtante du cinéma", ont alors immédiatement réagi les autorités iraniennes par la voie de l'agence Fars News.