Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dijous, 1 de juny de 2006

El nou primer ministre de l'Iraq comença a governar plantant cara a les milícies armades

Tot i no disposar encara de ministre de defensa i de l'interior, el nou executiu iraquià ha començat a governar. I ho ha fet afrontant de cara el problema de la seguretat. El nou primer ministre, Nuri al-Maliki, ha anat a Bàssora i ha declarat l'estat d'urgència durant un mes a la ciutat per acabar la violència entre les faccions armades xiïtes que es disputen el petroli i el poder.
Nous espérons qu'au terme de ce mois nous reviendrons à Bassorah pour constater que la situation s'est beaucoup améliorée", a déclaré Maliki s'adressant à des journalistes dans la deuxième ville d'Irak après avoir annoncé que l'armée allait se déployer dans les rues.

Les forces de sécurité patrouilleront nuit et jour dans les rues de Bassorah, rechercheront des armes et mettront sur pied des points de contrôle, précise-t-on de source gouvernementale.

Maliki, qui intervenait onze jours après avoir pris ses fonctions, a aussi annoncé la création d'un comité de sécurité de quatre membres chargé de superviser la situation à Bassorah durant l'état d'urgence.

Les conditions de sécurité se sont sérieusement dégradées dans la ville ces derniers mois en raison de la lutte que se livrent les groupes chiites rivaux, dont la communauté a pris le dessus en Irak depuis le renversement du régime à dominante sunnite de Saddam Hussein.

Maliki, venu à Bassorah à la tête d'une délégation gouvernementale pour y rétablir l'ordre, avait promis un peu plus tôt d'agir d'une "poigne de fer" contre les groupes qui compromettent la sécurité.