Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dimecres, 20 de setembre de 2006

Cop d'Estat a Tailàndia

Tailàndia és un país majoritàriament budista, llevat de la zona sud del país, fronterera amb Malaisia, que és de majoria musulmana. En aquesta regió, desde fa anys, hi ha una guerrila separatista que vol unificar-se amb Malaisia, país de religió musulmana. Aquesta guerrilla, que semblava haver desaparegut, es va revifar fa poc, coincidint amb la irrupció internacional de l'islamisme. Les autoritats taliandeses han tingut moltes dificultats per fer-hi front i el govern del primer ministre Thaksin Shinawatra tampoc se'n ha sortit, sobre tot perquè ha estat des dels seus inicis envoltat per la pol·lèmica. Finalment, els militars han donat un cop d'Estat. El seu autor, segons l'Agència France Press, és un general musulmà proper al rei de Tailàndia :
Le général Sonthi Boonyaratglin, leader apparent du coup d'État à Bangkok, est le premier musulman à diriger l'armée de la Thaïlande, pays largement bouddhiste, et a la réputation d'être proche du roi Bhumibol Adulyadej.

Le général Sonthi, 59 ans, un ancien combattant bardé de médailles, cultive l'image d'un militaire de carrière pragmatique et à la voix douce. Mais il s'était opposé publiquement au premier ministre Thaksin Shinawatra à propos de la politique sécuritaire avant le putsch de mardi soir.

C'est Thaksin qui l'avait choisi il y a tout juste un an.

Sa nomination au poste de commandant-en-chef de l'armée de terre avait été largement perçue comme une réelle tentative du gouvernement de trouver une issue au conflit dans l'extrême sud de la Thaïlande où une rébellion séparatiste musulmane sévit depuis près de trois ans.

À l'époque, ses sympathisants avaient affirmé que le général Sonthi pouvait contribuer à dissiper l'impression que les autorités se rendaient systématiquement coupables de discriminations à l'égard des musulmans malais du Sud, région où ils sont majoritaires.

Encore récemment, il avait admis que Bangkok ne savait pas vraiment qui sont les chefs des insurgés et avait préconisé la négociation pour mettre fin aux violences qui ont fait plus de 1.400 morts depuis janvier 2004. Cependant, des ministres proches de M. Thaksin avaient rejeté de tels pourparlers.

Mardi soir, les porte-parole du général ont cité la corruption, la division de la société et des actes susceptibles de porter atteinte au roi pour justifier le putsch.