Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dilluns, 18 de setembre de 2006

Fins i tot Jospin creu que el Papa no s’ha d’excusar

Les paraules del dirigent socialista i exprimer ministre francès, Lionel Jospin, les recull "La Croix":
"Le Pape devait-il s'expliquer ? Mon sentiment, c'est oui et il commence à le faire. Devait-il regretter ? Sans doute et il l'a dit, d'ailleurs".
"Doit-il s'excuser ? Je pense que non", a ajouté M. Jospin.
"Il est paradoxal qu'une partie de ceux qui demandent des excuses sont ceux qui, par ailleurs, menacent et trouvent légitime d'utiliser l'islam au nom de la violence. On n'a pas de raison de s'excuser devant ces gens-là, même s'il faut éviter de froisser les musulmans", a-t-il dit.

Un líder musulmà britànic declara que el Papa ha de morir per haver insultat l'Islam




Daily Mail:
A notorious Muslim extremist told a demonstration in London yesterday that the Pope should face execution.

Anjem Choudary said those who insulted Islam would be "subject to capital punishment".

His remarks came during a protest outside Westminster Cathedral on a day that worldwide anger among Muslim
hardliners towards Pope Benedict XVI appeared to deepen.


El muftí de l’Aràbia Saudita diu que la jihad “és un dret legitimat per Déu”

Ho explica "Le Monde:

"La propagation de l'islam est passée par plusieurs étapes, secrètes puis publiques, à La Mecque et Médine. Dieu a ensuite autorisé les fidèles à se défendre et à combattre ceux qui les combattaient, ce qui constitue un droit légitimé par Dieu", a dit cheikh Abdelaziz Al-Cheikh dans une déclaration rapportée par l'agence officielle Spa.
"Ainsi, cela ne peut, logiquement, être refuté par Dieu", a ajouté le mufti en "déplorant" comme "une tentative de remise en cause" de l'islam la déclaration mardi en Allemagne de Benoît XVI qui, selon le Vatican, était animé d'"une claire et radicale réfutation de la motivation religieuse de la violence".
Le mufti, qui préside le Conseil des grands oulémas d'Arabie saoudite --la plus haute autorité religieuse dans le royaume, qui abrite les premiers lieux saints de l'islam à La Mecque et Médine--, a expliqué que, pour la propagation de l'islam au moment de son apparition, "il avait été nécessaire d'enrayer tout ce qui entraverait la mise en oeuvre de ce devoir sacré".
Mais, a-t-il ajouté, le prophète Mahomet "n'a pas fait de la guerre son premier choix".
"Après chaque conquête, il offrait aux populations trois options: se convertir à l'islam, ou s'acquitter d'une taxe (jizya) ..., mais si ces populations s'entêtaient, il ne lui restait alors que l'option de les combattre pour enrayer cet obstacle", a-t-il expliqué.