Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dimarts, 19 de desembre de 2006

Romania condemna el comunisme, que va fer 2 milions de víctimes

El president romanès Traian BasescuPocs dies abans del seu ingrés a la Unió Europea, Romania ha condemnat el comunsime per “il·legítim i criminal”. D’aquesta manera es converteix en el primer país de l’exbloc soviètic en fer-ho d’una manera oficial. La condemna es fonamenta en un exhaustiu informe elaborat per una comisió encapçalada per l’historiador Vladimir Tismaneanu, que ha analitzat els crims i els abusos de la dictadura comunista entre 1945 i 1989, any de la caiguda del mur de Berlín. El resultat de la investigació quantifica en uns 2.000.000 el nombre de romanesos assassinats, empresonats o deportats a camps de treball forçat. Ho explica Roumanie.com
Bucarest, 18 déc/Rompres/ - Le président Traian Basescu a condamné ce lundi le régime communiste de Roumanie, sur la base d’arguments soulignés aussi dans le rapport de la commission présidentielle avec en tête Vladimir Tismaneanu.
Ainsi, les principales actions criminelles mentionnées dans le rapport sont : l’abandon des intérêts nationaux par servilisme dans les relations avec l’URSS, après l’installation du régime-marionnette dirigé par Petru Groza /6 mars 1945/, ce qui a mené au retard de l’histoire roumaine de quleques décennies, l’annihilation de l’État de droit et du pluralisme par des mises en scène et fraudes, notamment après le vol des élections de novembre 1946 et la suppression des partis politiques et de la continuité constitutionnelle de l’État roumain, par l’abdication forcée du roi Michel 1er.
Un autre argument est représenté par la soviétisation totale, par la force, de la Roumanie, surtout dans la période 1948-1956, et l’imposition, sous le nom de "dictature du prolétariat", d’un système politique despotique, dirigé par un groupe réuni autour du leader suprême, ainsi que la politique d’annihilation de catégories sociales au nom de la lutte de classe.
Les représentants les plus importants des élites de Roumanie ont été éliminés soit pas meurtre, soit par déportation, prison, travail forcé ou marginalisation. On a recouru à une logique de la culpabilité collective et la persécution des familles de ceux qui étaient soupçonnés d’intentions ou actions anticommunistes. On a également recouru à l’utilisation de critères aberrants pour détruire les chances des enfants provenus de familles "à origine malsaine" d’étudier dans l’enseignement supérieur. Suite à la politique du régime communiste, des centaines de milliers de personnes ont été détenues dan des prisons et camps, déportées ou disloquées, a relevé Traian Basescu, citant du rapport de la commission.

No cal dir que com que les víctimes romaneses no ho van ser de Pinochet, la internacional mediàtica ha considerat que no era notícia.