Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dijous, 19 d’abril de 2007

Quan el mal es remunta a Miterrand




Fins l’any 1981, el creixement del PIB francès era similar als dels Estats Units. A partir d’aleshores ha anat disminuit, fins el punt que la diferència és del 25% . Per què? Doncs perquè el 1981 va arribar per primera vegada l’esquerra al poder. L’esquerra de François Miterrant i del Programa Comú amb el Partit Comunista Francès. Una política socialista que es va moderar amb l’arribada de Giscard a la presidència però que mai va ser abandonada. Això és el que afirma, amb dades a la mà, Jean Pierre Chevallier .

Le taux de croissance de la France était égal à celui des Etats-Unis dans les années 60 et 70 (autour de 3,5 %) mais il a décroché à partir du moment où une politique économique socialiste a été appliquée sans discontinuité pendant 25 ans comme le montrent clairement les statistiques de l’OCDE.
Ou, autre formulation : si la France avait continué à mener une politique relativement libérale comme c’était le cas avant 1981, son taux de croissance aurait continué à être du même ordre que celui des Etats-Unis. Dans ce cas, le PIB aurait été supérieur de 25 % à ce qu’il est actuellement.
Par ailleurs, les ménages américains dépensent 70 % du PIB contre 57 % seulement pour les Français car les dépenses publiques y sont très élevées, trop élevées. Finalement les Américains ont un niveau de vie moitié plus élevé que le notre !
Ou, autre formulation : les Français pourraient avoir un niveau de vie moitié plus élevé qu’il ne l’est actuellement s’ils avaient continué à mener une politique économique libérale, et le taux de chômage aurait été réduit au minimum incompressible.