Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dissabte, 26 de maig de 2007

Dos de cada tres francesos satisfets de Sarkozy

Des de 1965 amb Charles De Gaulle, cap president francès havia tingut aquest grau d'acceptació després d'una elecció. És un senyal inequívoc que la percepció dels francesos és que amb Sarkozy comença una nova etapa històrica per França. La figura de l'estadista De Gaulle va marcar la segona meitat del segle XX. Els francesos esperen que Sarkozy sigui ara l'estadista que el país necessita per a la primera meitat del segle XXI.

És el resultat d'una enquesta encarregada per"Le Figaro":

Selon cette enquête, 65% des Français sont «satisfaits» du chef de l’Etat. Un score qui fait de Nicolas Sarkozy le président le plus populaire après sa prise de fonction depuis Charles de Gaulle en 1965. Le Général enregistrait alors 67% de satisfaits. Les sondés sont 23% «très satisfaits, et 42% «plutôt satisfaits» de Nicolas Sarkozy. 31% sont mécontentes.
Una altra estudi mostra el grau de seducció que l'estil Sarkozy ha provocat entre els franceos, fins i tot entre els votants de Ségolène Royal:


Parmi les moments qui ont marqué les premiers jours de la présidence, les sondés retiennent la visite d'un hôpital à Dunkerque et le déjeuner à la cantine d'EADS avec les salariés de l'entreprise. Le président lointain, distant, concentré sur les sujets régaliens est oublié. L'arbitre est démodé, le « manager », plébiscité. Les Français approuvent ce président « en bras de chemise », prêt à serrer les vis partout où il y a une fuite d'eau. On notera que « la majorité silencieuse », selon l'expression favorite de Nicolas Sarkozy, reste « indifférente » (58 %) à ses vacances à Malte, alors que seulement 10 % approuvent, et 32 % la désapprouvent : « Les Français n'ont pas vraiment d'opinion sur l'escapade maltaise, mais ceux qui en ont une la désapprouvent fortement », commente OpinionWay.

De même, le baiser à Cécilia ou le jogging avec François Fillon laissent les Français plutôt indifférents (48 %). Chez Nicolas Sarkozy, c'est moins la décontraction à la Kennedy que la compétence façon Tony Blair qui séduit. Preuve en est l'adhésion massive au calendrier des réformes. 67 % des sondés estiment que Sarkozy a raison de « mener toutes les réformes en même temps ».

Surprise : les électeurs de Ségolène Royal jugent à 40 % qu'il a raison d'entreprendre les réformes de front ! Un résultat qui marque une très forte attente de changement dans l'opinion publique, à la hauteur de la participation massive, lors des deux tours de l'élection présidentielle. La « thérapie de choc », qui entend mener au pas de charge les réformes clés, est, contre toute attente, souhaitée par les sondés.