Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dimarts, 7 d’abril de 2009

La destrucció creadora

Jean-Pierre Chevallier:
Contrairement à ce que tout le monde (keynésien et de la gauche plurielle) peut en dire, c’est une bonne nouvelle… En effet, 4,8 millions d’emplois supprimés, cela signifie que 133 millions d’Américains produisent presque autant (1 % de moins seulement) que les 137,8 millions qui travaillaient un an plus tôt.
La baisse du nombre d’emplois est de 3,5 % en un an alors que la baisse du PIB (d’une année sur l’autre) est de l’ordre de 1 %. Les gains de productivité ont donc été exceptionnellement très importants au cours de ce 1° trimestre 2009, de l’ordre de 5 % comme en 2001-2002 . 

Comme la croissance du PIB est le résultat de la somme des gains de productivité et de l’augmentation de la population, cette croissance s’annonce élevée pour les prochains trimestres, comme au début des années 80 après les mesures énergiques adoptées par Ronald Reagan et Paul Volcker qui présidait alors la Fed.

À cette époque là, beaucoup de Démocrates sont devenus des Reaganomics car ils ont compris que cette politique leur permettait d’avoir un niveau de vie supérieur à ce qu’il était auparavant sous la présidence calamiteuse du Démocrate Carter.
Une fois de plus, un minimum de culture économique monétariste est nécessaire pour comprendre ce qui se passe aux États-Unis et la politique menée par les autorités.

Le problème n’est pas de créer des emplois (ou de sauver à tout prix des emplois non rentables) comme le croient à tort les Français, mais de créer de la croissance, donc des gains de productivité qui créeront ensuite des emplois car la croissance est créatrice d’emplois et de richesse.
Pour créer des emplois, il faut donc d’abord en supprimer !

C’est la destruction créatrice de Schumpeter…