Adéu a Nihil Obstat | Hola a The Catalan Analyst

Després de 13 anys d'escriure en aquest bloc pràcticament sense interrumpció, avui el dono per clausurat. Això no vol dir que m'hagi jubilat de la xarxa, sinó que he passat el relleu a un altra bloc que segueix la mateixa línia del Nihil Obstat. Es tracta del bloc The Catalan Analyst i del compte de Twitter del mateix nom: @CatalanAnalyst Us recomano que els seguiu.

Moltes gràcies a tots per haver-me seguit amb tanta fidelitat durant tots aquests anys.

dilluns, 6 d’agost de 2007

El dilema de Guantànamo

Les Convencions de Ginebra permeten mantenir detinguts els presoners de guerra mentre dura el conflicte, és a dir, fins a la firma de la pau o de l'armistici, per impedir que es reincorporin a la lluita. Aquest és l'argument que defensa l'administració Bush per mantenir obert el centre de detenció de Guantànamo. Argument que es reforça amb l'evidència que una trentena d'antics detinguts de Guantànamo han estat morts o capturats a l'Afganistan o el Paquistan després del seu alliberament i que la immensa majoria dels que encara hi són detinguts manifesten sense embuts el seu desig de reincorporar-se a la jihad, tant bon punt els sigui possible. Però, tot i que majoritàriament s'accepta que des de l'11-S estem en guerra contra el terrorisme islamista, les especials característiques d'aquest conflicte plantegen la necessitat de revisar tant les estratègies militars com les jurídiques per adaptar-les a la seva naturalesa. El problema, però, és: com s'ha d'actuar mentre tant?
...les conflits déstructurés de notre ère, ce principe [les Convencions de Ginebra]équivaut soit à détenir indéfiniment des individus en l'absence d'une autorité susceptible de négocier la paix, soit à ne pas pouvoir les mettre hors d'état de nuire en-dehors d'une élimination sur le champ de bataille. L'approche généralement préconisée par les opposants aux tribunaux militaires, basée sur le droit commun, est en effet contredite par la motivation guerrière des prisonniers et par leur refus systématique de reconnaître la moindre faute, le moindre crime. Ce qui nous ramène à la case départ...

Les forces armées confrontées à ce dilemme ont certes développé leur capacité à éliminer les combattants individuels, grâce notamment à l'interconnexion des senseurs/décideurs/effecteurs et à la précision accrue des systèmes d'armes ; mais cela n'offre pas de solution globale. C'est tout le principe des relations internationales comme base du droit de la guerre qui doit être remis en question, et des notions de capitulation ou de réparation individuelle doivent être explorées pour tenter d'esquisser cette solution. L'avènement de l'individu comme acteur stratégique a en effet pour corollaire l'avènement d'un droit de la guerre considérant cet individu comme un être responsable, à même de répondre de ses actes. Il faudra bien des déboires et des drames avant d'y parvenir, mais je ne vois pas d'autre perspective.